De métal de pierre

Nos bijoux sont réalisés en argent, en vermeil, en or jaune, blanc ou rose, sertis de pierres précieuses ou semi-précieuses.

Quelques définitions...
LES PIERRES PRECIEUSES ET SEMI-PRECIEUSES
Il existe quatre pierres précieuses : le diamant, le rubis, le saphir et l'émeraude.

Les autres pierres de qualité gemme, dont certaines sont d'origine organique (corail, perle de culture) sont considérées comme semi-précieuses ; leur dénomination officielle est toutefois : pierres fines. Seuls les anglais ont conservé l'ancienne appellation 'semi-precious stones'.
En ce qui nous concerne, deux motifs nous poussent à les imiter : le terme 'pierre fine', de par son homophonie avec 'perle fine', est l'occasion de nombreux quiproquos ; enfin l'inimitable charme de l'appellation 'semi-précieuse' nous évoque les 'demi-mondaines' du temps de Proust ou de Maupassant : de moindre prix mais souvent aussi belles que leurs nobles consœurs, elles aussi attisent le désir...
LES PIERRES PRECIEUSES ET SEMI-PRECIEUSES
Bague Brunehilde sertie d’une labradorite
LES PIERRES PRECIEUSES ET SEMI-PRECIEUSES
Bague Brunehilde sertie d’une tourmaline rose
LE DIAMANT
Le diamant existe dans de nombreuses couleurs, allant du blanc au noir en passant par des teintes de jaune, brun et gris : les diamants jonquille, miel, cognac... Leur valeur dépend de leur pureté, de leur poids, de la qualité du facettage qui détermine leur éclat, et de la beauté de leur couleur.
Ce dernier point relève de l'appréciation subjective de l'expert lorsqu'il s'agit de diamants de couleur.
LE DIAMANT
La famille des diamants blancs est soumise à une échelle d'évaluation valable mondialement et constituée de grilles de classement très précises concernant chaque facteur d'appréciation de la qualité de la pierre.
Les diamants ‘blancs’ (incolores) sont les plus chers, si l'on excepte les rarissimes diamants bleus, verts, ou rouges, dont il n'existe que quelques exemplaires au monde.
DIAMANTS BRUTS
Minuscules diamants bruts sur le collier Forever.
PERLES FINES ET PERLES DE CULTURE
Les perles naturelles, autrement dénommées perles fines, se produisent dans la nature sans aucune intervention humaine, aussi bien en mer qu'en eau douce. Leur rareté a induit leur prix très élevé, ces perles étaient à l'origine l'apanage exclusif des femmes de la haute société.
La demande croissante pour les perles a amené l'homme à les cultiver en grande quantité. Les perles de culture constituent de nos jours 90% du commerce perlier mondial.
PERLES DE CULTURE
Les perles de culture ne sont pas une imitation de cette matière précieuse, mais une production animale provoquée par intervention humaine : l'homme force des huîtres perlières à produire des perles en introduisant lui-même des corps étrangers dans leur coquille.
Dans le cas d'une perle fine, cette introduction d'un corps étranger dans l'huître est accidentelle. Dans les deux cas, l'huître pour se défendre neutralise cet intrus en sécrétant la nacre perlière, et en l'enrobant de couches concentriques de cette nacre. Plus les couches sont fines et nombreuses, plus l'orient (l'irisation) de la perle sera exceptionnel.
LES TROIS ORS : JAUNE, BLANC ET ROSE
Ces appellations sont fonction du métal allié à l'or fin pour réaliser l'or 18 carats (autrement dénommé or 750/1000eme) utilisé en bijouterie. L'or pur (1000/1000eme ou 24 carats) se déformant trop facilement.
Sur 1000 millièmes, l'or va contenir quelle que soit sa teinte finale 750 millièmes d'or fin, et selon sa couleur : 125 millièmes d'argent et 125 millièmes de cuivre pour l'or jaune ; 200 millièmes de cuivre et 50 millièmes d'argent pour l'or rose ; 170 millièmes de palladium et 80 millièmes de cuivre pour l'or blanc (aussi appelé or gris).
A noter : depuis l'interdiction de l'utilisation du nickel en bijouterie, l'or blanc allié au seul palladium ne présente pas la teinte blanche (ou grise) finale avant d'avoir subi un rhodiage. Ce traitement au rhodium par électrolyse peut selon les types de peaux (selon l'acidité par exemple) perdurer dans le temps ou nécessiter des rhodiages supplémentaires au fil des années.
LE VERMEIL
Cette appellation désigne l'argent 925/1000eme recouvert d'une couche d'or de 5 microns d'épaisseur au minimum. (à la différence du 'plaqué or', qui n'implique pas d'épaisseur minimum, et peut recouvrir n'importe quel métal non précieux).
LE VERMEIL

Si le placage d'un bijou en vermeil venait à s'estomper avec le temps, nous pouvons le refaire plaquer.
LES POINÇONS
Le poinçon de maître (ou poinçon de fabricant, ou poinçon de responsabilité) : contenu dans un losange, son dessin est propre à chaque bijoutier fabricant. Fixée en 1797, cette forme de losange est la preuve d'une fabrication française. Les ouvrages importés ont un poinçon contenu dans une forme ovale. Si vous vous munissez d'une loupe, vous pourrez distinguer sur votre bijou notre poinçon... le voici:
Le poinçon de titre (ou poinçon de garantie de titre) : apposé et facturé par le service d'état de la Garantie, il atteste du 'titre' du métal, soit, selon les normes françaises : tête d'aigle pour l'or 750/1000eme (soit or 18 carats) , tête de Minerve pour l'argent 925/1000eme, tête de chien pour le platine à 950/1000eme.
Sont dispensés de ce poinçon : les ouvrages en or ou platine d'un poids inférieur à 3 gr., et les ouvrages en argent d'un poids inférieur à 30 gr. ; toutefois ils restent soumis à l'obligation d'apposition du poinçon de maître. Ce dernier engage le professionnel sur la conformité du titre annoncé.

logo
LES BOUTIQUES LES COLLECTIONS EMMANUELLE MADE IN ZYSMAN PRESSE e-SHOP
 L'ATELIER     -     DE METAL ET DE PIERRE  
 

Pourquoi les bijoux ne sont-ils jamais soldés ?

Pourquoi la boutique ne pratique-t-elle aucun de ces faux privilèges qui ont pour nom ventes "privées", ventes "de presse", soldes "privés"… ?

Définition des soldes : rabais destiné à écouler, durant la période légale, des marchandises invendues proposées à la vente depuis au moins deux mois.

Que va donc trouver le VIP muni d’un de ces cartons dont nous sommes bombardés tout au long de l‘année, dans l’une de ces manifestations "privées" ? Revue de détails…

- des modèles de l’année dernière

- des modèles ou des couleurs qui n’ont pas fonctionné ou ne fonctionneront pas au cours de la saison – les professionnels n’ont pas besoin d’attendre la fin de la saison pour savoir ce qui ne se vendra qu’en solde.

- les mêmes modèles que ceux qui sont en boutique mais... moins chers! Miracle! Que s’est-il passé ?

hypothèse A : la marque a refabriqué en masse un ou plusieurs de ses basiques juste avant l’opération "privée". Fabriquer POUR solder est une pratique illégale mais très courante. Cette pratique concerne les modèles qui comportent dès l’origine la marge bénéficiaire la plus forte pour le fabricant, laquelle peut être encore accrue en négociant les tarifs des fournisseurs ou façonniers à l’occasion de cette « surfabrication » ponctuelle, ou tout simplement à l’occasion d’une majoration de ce qui serait le prix public juste, afin de pouvoir simuler une promotion ou des soldes dans un second temps. Ces majorations de prix précédant une promotion sont même pratiquées dans la grande distribution par les rois du discount, qui n’hésitent pas à se présenter cyniquement aux plus modestes en défenseurs de leur pouvoir d’achat.

hypothèse B : la marque fait fabriquer… très loin, par des ouvriers ou artisans dont le salaire peut être 20€ par mois, ce qui ne l’empêche nullement d’appliquer en boutique le prix d’un produit de luxe si l’article fabriqué en est un. Dans ce cas la marge commerciale est si stupéfiante que les soldes ponctuels pratiqués ne constituent nullement une privation philanthropique de la part du fabricant, mais une opération publicitaire bien comprise. Lesdits soldes ne concernent encore une fois qu’une certaine frange d’articles.

Instaurer l’illusion d’une connivence par le biais d’un « privilège » ouvert à tous, un procédé aussi ancien que le commerce…alors non, l’acheteur de soldes n’est pas un VIP mais bien un pigeon du marketing, qui finira souvent par acheter ce qui en fait ne lui plaisait qu’à moitié en début de saison…

Consommer moins mais consommer mieux : ce mot d’ordre vous dit quelquechose ?…

Alors à la boutique vous êtes un VIP, mais pour d’autres raisons.

- tout d’abord par l’accueil et l’écoute attentive que nous nous efforçons toujours de vous réserver. Notre intervention se limite aux conseils que vous sollicitez de notre part, et ne se mue jamais en pression commerciale et flatteuse.

- nous pourrons toujours refaire un modèle qui vous a plu dans les collections précédentes, il n’est jamais question de « dernière pièce » sur laquelle il faudrait se jeter.

- vous pouvez régler en plusieurs fois les achats importants.

- nous maintenons des prix justes et justifiés dans chacune de nos gammes de bijoux, du petit gri-gri argent sur cordon jusqu’aux pièces or et diamant – dans la limite des variations du cours des métaux précieux.

- tous les bijoux sont fondus, façonnés, assemblés et sertis à Paris.

- enfin notre SAV en béton se tient à votre disposition à vie pour entretenir, réparer ou raviver vos bijoux !